Jany Nancey

papa 2

Le décès brutal de Jany NANCEY le 25/10/2012  a ébranlé notre petite communauté de modélistes vaporistes.
D’autres ne le connaissaient pas du tout. Mais son œuvre ne laissera personne indifférent.
Ce supplément lui est donc consacré.

Vous y trouverez ses constructions ferroviaires en photographies  » pleine page « , avec une orientation en version  » paysage « . Ceci permet de respecter au mieux le format et le cadrage de l’image. Si vous désirez imprimer, cela ne devrait pas vous poser de problème.

Par ordre vous découvrirez :

–  La 140 C 287 métal nu, réalisée en guise d’épreuve libre au concours « Meilleur Ouvrier de
France », en complément de l’épreuve imposée.

–  La 141 P métal nu

–  La 030 Decauville (écartement 184mm)

–  La BB 66150 (écartement 184 mm)

–  La 130 B 285 (écartement 184 mm)

Ensuite, vous découvrirez la pièce d’ajustage mécanique réalisée par Jany Nancey lorsqu’il a concouru pour le titre de « Un des Meilleurs Ouvriers de France ». C’était son épreuve imposée. Il proposa la 140 C 287 pour l’épreuve libre.

Ce fut très haut la main qu’il remporta ce titre, dont il ne parlait jamais, suite à sa très grande modestie.

Pour la réalisation de cet ensemble, l’utilisation des machines-outils était INTERDITE ! Tout à été fait A LA MAIN, à la lime !

Différentes couleurs devaient être données à certaines pièces.

En  observant  longuement  ce  montage  d’ajustage,  on  peut  facilement  en  décortiquer  les
différents éléments, leur assemblage, leurs fonctions. C’est ce que j’ai très modestement essayé de
faire.

140 C 287 et 141 P métal nu. Deux œuvres magistrales.

140 C 287 et 141 P métal nu. Deux œuvres magistrales.

030 Decauville. Combien de kilomètres dans les bielles…? Seul Jany aurait pu nous le dire.

030 Decauville. Combien de kilomètres dans les bielles…? Seul Jany aurait pu nous le dire.

OBB 66150 pour écartement 7 ¼. Cela ne saute pas aux yeux, mais l’on peut s’assoir dans la cabine. 4

BB 66150 pour écartement 7 ¼. Cela ne saute pas aux yeux, mais l’on peut s’assoir dans la cabine.

jany réduit 7x5

Radieux, Jany pose fièrement près de sa 130 B 285 ici sur la plaque tournante du circuit de Corgirnon.

64 passagers avec la 130 BJ 285 (1)

Beaucoup de lecteurs n’ont sûrement jamais assisté à une telle démonstration !

68 personnes remorquées !
A coup sûr, une démonstration de force de la 130 B 285… et de la résistance des attelages !

Piece 1

Voici  la  pièce  d’ajustage  mécanique  qui  fut
imposée à Jany Nancey lors de sa participation au
concours d’ « Un des meilleurs Ouvriers de France ».

Jany  aurait  pu  nous  expliquer  en  détail  la réalisation de cet ensemble.

Rappelons que tout a été fait à la main, sans l’aide de machines-outils. Une belle œuvre d’ajustage.

Toutes  les  pièces  de  formes  semblables  sont interchangeables entre elles !

L’ensemble  est  composé  d’une  embase  plate (polygone irrégulier) en forme d’amande, à 9 côtés.
On imagine déjà la difficulté de respecter et contrôler des angles parfaits et symétriques. Un léger chanfrein est effectué sur tout le bord supérieur de cette base.

On peut admirer aussi la présentation de l’état de surface  en « damier », petits carrés effectués par grattage.

Le centre de cette embase est percé et reçoit un axe semblable à un Stub.

Comme pour le mandrin 3 mors d’un tour, cet axe se  verra  serré  par 3  « targettes »  qui  peuvent  se déplacer   dans   un   mouvement   longitudinal concentrique.

L’aspect de l’état de surface de ces « targettes » est en traits « tirés de long ».

Ces  targettes  possèdent  une  rainure  inclinée(flèches rouges), qui permet leur mise en mouvement en translation par déplacement d’un pion.
Les targettes sont guidées longitudinalement par les chants de 3 hexagones, dont la présentation de la face supérieure (et sûrement inférieure) est en aspect
« traits  croisés ».  Rappelons  que  toutes  les  pièces identiques devaient être interchangeables entre elles.
Ces hexagones sont maintenus en place sur la base polygonale  par  de  tous  petits  axes  visibles
uniquement par le dessous

Piece 2

Un  gros  bouton  de  commande   (flèche  bleue) entraîne en rotation une barrette « came » qui pousse une longue barrette d’aspect bleuté. Cette barrette semble avoir une section en L. Elle est guidée par deux glissières. Les glissières sont maintenues par des  axes  Stub  débouchant  par  le  dessous  de l’embase.

Le  mouvement  donné  par  le  gros  bouton  se répercute ainsi sur tout l’ensemble articulé.
Les longues barrettes bleutées possèdent un axe qui  pénètre  dans  la  rainure  inclinée  de  chaque targette. La poussée de cet axe sur les chants de la rainure   déplace   la   targette   en   translation longitudinale, soit dans un effet de rapprochement vers l’axe central, soit dans un éloignement de cet axe.

Chaque grande barrette bleutée transmet aussi son  mouvement longitudinal à une autre  de ses consœurs par une autre barrette « came ».

On imagine la grande difficulté pour obtenir un mouvement correct, doux, sans jeu excessif, sans coincements, de toutes ces pièces mobiles.

La finition de l’état de surface des glissières et longues barrettes bleutées est en « traits croisés ».

On se rend bien compte sur cette photographie des différentes couleurs imposées à certaines pièces,notamment l’aspect jaunâtre des barrettes « cames »(flèche jaune).

Il y a sûrement encore certaines particularités à cet  ensemble,  mais  elles  n’apparaissent  pas  à l’observation des photographies.

Amis lecteurs qui, professionnellement, savez tenir une lime, un palmer et un pied à coulisse, vous
apprécierez  la  difficulté  de  réalisation  de  cet ensemble.

piece3

La face de dessous de l’embase.

Même travail de patience et de méticulosité pour présenter un aspect « damier » réalisé au grattoir.

article écrie par : Alain Bersillon

Laurent Suchaire & Jany Nancey 


380098_264105810376473_621206992_n



Commentaires fermés.